La première fois…

Journal de Bord : Mardi 16 juin 15h,  Jean Michel vient d’installer des sangles toutes neuves sur le Travellift pour prendre soin de la coque toute neuve. Ce matin j’étais sur le pont de bonne heure, à inspecter les derniers recoins, vérifier les vannes, démarrer le moteur, charger les batterie, placer les amarres… et je crois que la liste pouvait s’allonger autant qu’il le faut pour reculer devant ce moment où l’on ressent les palpitations d’un grand jour, et par ailleurs un sacré trac. Les copains sont aux aguets, Jean Marie place un film plastique sur la coque avant de mettre en tension les sangles. La grue mugit, le bateau se libère de ses bers. Il y a quelques craquements et puis la coque s’élève doucement.

Je me retrouve à la barre quelques instants plus tard. Le moteur démarre, un signe de pouce vers le haut et les sangles descendent vers le fond. le bateau est libre… sur l’eau. C’est l’heure de la première manœuvre pour atteindre le ponton, la première rayure sur l’étrave, le premier grincement de dent… c’est aussi la joie de tanguer doucement, d’entendre les sons du bateau, et de se dire, que ça y est… avec un sourire aux lèvres, on est sur l’eau enfin !

J’attendrai encore quelques jours pour me lancer. Les copains semblent bouder une sortie en mer et je les soupçonne d’attendre sciemment de voir ce que je vais faire. Trois jours plus tard, il est 7h lorsque je sors mon nez et ouvre le capeau, et tandis que l’eau chauffe, la flotille de Dielette est à la manoeuvre. Loulou sur sa Nenette me fait un grand signe de la main et à ce moment là, je me dis que c’est maintenant… J’ai pris mon café sur le ponton, à inspecter le pont. Et puis j’y suis allé en me disant que j’étais fou… J’ai mis le moteur en marche, défais les amarres et suis sortie en mer. C’était aussi simple que ça. J’ai hissé la GV, et pris le cap de Jobour, Loulou était du coté de la plate à relever ses casiers. Le bateau filait doucement, le vent était établi à 10 noeuds, des conditions de rêve pour une première première ! C’était un mélange de folie, de plaisir et d’anxiété. J’ai réussi à faire mes manoeuvres et me suis surpris à parler à voix haute… à virer, empanner et garder un cap en ciseaux. Et puis je suis rentré, avec un petit stress lorsqu’on remet le moteur en marche, le stress de la manœuvre de port qui ne m’évitera pas de porter une seconde balafre sur le flan du bateau… le part-bat était placé trop bas, Patrick m’a dit plus tard en souriant : « C’est bien, c’est en essayant qu’on apprend »… !

 

Advertisements

Une réponse à “La première fois…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s